Galeries de Marc Tamisier – Photographie et Culture

Photographie et culture
Photographie et culture
Photographie et culture

A l’été 1939, par 237 voies contre 3, la Chambre des députés accordait une pension à vie à Messieurs Louis Daguerre et Isidore Niépce (fils de Nicéphore). La France achetait ainsi l’invention du daguerréotype, l’une des premières techniques photographiques fiables. L’idée lui avait été soufflée par François Arago, astronome et député Républicain de Perpignan dans le but déclaré d’offrir cette invention au monde, c’est-à-dire de ne pas en faire un brevet qui l’aurait vouée à la concurrence privée contre l’élévation des peuples. Photographie et culture devaient aller de pair,  car Arago pensait que le triomphe d’un État libre, représentatif et égalitaire, passait nécessairement par l’éducation des masses, et que le progrès industriel n’avait pas d’autre légitimité que d’apporter aux hommes une science pratique capable de soutenir cette éducation

 
Photographie et culture - DRH Power
 

Aujourd’hui, si chacun peut plus que jamais profiter de la décision remarquable de l’Assemblée française, l’objectif d’émancipation politique qui l’a motivée semble bien oublié. Ce ne sont pas tant les industries de production des appareils qui contraignent le développement des valeurs personnelles par la photographie, bien qu’elles s’emploie souvent à faire croire que leurs brevets décident du futur.
Non, ce sont les conditionnements visuels qui nous empêchent de faire vivre notre regard. La valeur des images ne tient pas, en effet, à la singularité de leur auteur mais, au contraire, à sa normalité et les millions de photographies qui circulent chaque jour sur le net ne sont jamais que des variantes de quelques clichés : les jolies fleurs, les jolies femmes, les hommes virils, les jolis bébés et les jolis paysages.
Au mieux, l’image photographique elle-même, et non l’objet photographié, fait l’objet d’une attentions pour être rendue belle : elle doit alors donner à voir un beau bokeh, de belles ombres mais pas trop, une belle lumière mais pas trop. Et les experts endoctrinent les masses pour réaliser une belle photo d’une belle femme nue ou d’une fleur, bien plus qu’ils ne les éduquent.

 
Photographie et culture - Public Cit Ciel gris
 

Pourtant il y a toujours un vide entre le sujet photographié et l’image photographique, et c’est dans ce vide que le photographe peut construire le sens de ses images plutôt que de répéter ad nauseam les mêmes normes. Sans doute peut-on alors dire que celui qui construit ce sens est un artiste.
Pour ma part, je tente d’habiter ce vide. Mes photographies sont donc quelque chose comme des introspections, mais jetées dans le monde. Je m’y bâtis un corps d’images avec une seule certitude : je ne suis pas le premier. A l’école des photographes j’hérite des histoires qui ont cultivé mon regard et, maintenant, j’aimerais qu’elle sèment à leur tour des graines de mémoire et de liberté.

 

 Photographie et culture - La faiblesse des fleurs